ou-se-trouve-linconscient-par-patrick-lambert

Où se trouve l’inconscient ? par Patrick Lambert

 

 

Nous savions déjà intuitivement que le conscient et l’inconscient occupaient un même support cérébral. L’article du Journal Neuroscience of Consciousness (2021, 7(2), 1-17) nous en donne la confirmation. Titré “l’Amplification Apicale – un mécanisme cellulaire de perception consciente ? “, cette étude montre que les processus impliqués dans nos expériences conscientes passent par les neurones pyramidaux de notre cerveau, dont, vous allez le voir, le fonctionnement est particulièrement subtil.

Représentez-vous une cellule fichée dans le cortex, le corps de la cellule dans une couche profonde, reliée à la surface par un tronc, se terminant sous la surface par une touffe, comme l’arbre et sa canopée. Ceci détermine deux zones dans une même cellule, et c’est ce qui est important à retenir, les deux zones ne fonctionnent pas du tout de la même manière, mais se parlent.

Commençons par le corps de la cellule, en profondeur. Il reçoit de façon classique les informations en provenance de nos organes des sens, œil par exemple. Jusque là rien de très original. Ce neurone, spécifique d’une information, par exemple la couleur, procède par addition algébrique des signaux qui lui parviennent afin de déterminer la qualité de la réponse en retour, par exemple l’intensité de la couleur. Poursuivons avec la touffe de dendrites, en superficie. Son rôle est d’amplifier si besoin la réponse du corps neuronal. Comment cela se passe-t-il ? Cette zone d’amplification reçoit des informations de deux sources: premièrement des autres zones corticales du cerveau, par exemple la région sensorielle qui traite le son : ce sont des informations contextuelles; qu’est-ce qui doit prédominer ?  L’autre source de la zone d’amplification est le paléo-cortex, en particulier les informations du registre des émotions; quel est l’état global du cerveau ? Ces deux types d’informations concourent à une modulation par neurones relais, ou inter-neurones, dont l’excitation inhibe à bon escient la zone d’amplification. Son fonctionnement, à la différence de la somme algébrique qui nuance l’information reçu par le corps du neurone, est ici en tout ou rien. En cas d’amplification apicale, l’information neuronale devient consciente, sans aucune modification de son contenu. Sinon, l’information existe, mais reste inconsciente.

En bref, conscient ou inconscient, ça se passe au niveau cellulaire. Ce sont deux états possible du neurone, amplifié ou non amplifié, permettant une conscience de délimitation très fine selon la pertinence des informations reçues. Mais la conscience ne se limite pas à l’état d’éveil; elle concerne aussi le rêve, ce que nous verrons lors de notre prochaine rencontre.

Patrick Lambert

Psychiatre, praticien hospitalier au CHU de Nantes, diplômé en médecine légale, responsable du Centre d’Activité Thérapeutique à Temps Partiel du secteur 1 de l’agglomération nantaise, psychothérapeute fondateur de la psychagogie scotocentrée, auteur de “L’analyse psychagogique des rêves”, éditions Fabert.

Directeur et formateur E3PI en Psychopathologie et Analyse psychagogique des rêves.

La vie de l’école

Approche de la psychopathologie (partie 1), avec Patrick Lambert

Formation

Approche de la psychopathologie (partie 1), avec Patrick Lambert

Lire l'article
Phéromone, quand tu nous tiens ! par Patrick Lambert

Article

Phéromone, quand tu nous tiens ! par Patrick Lambert

Lire l'article
Vieillissement et espérance de vie, par Patrick Lambert

Article

Vieillissement et espérance de vie, par Patrick Lambert

Lire l'article
Combattre l’effet addictif des collations salées, par Patrick Lambert

Article

Combattre l’effet addictif des collations salées, par Patrick Lambert

Lire l'article

Localisation

E3PI, 32 rue Emile Barrière, 31200 Toulouse
- Contactez-nous par email : CLIQUEZ ICI
- Par téléphone : 05 61 12 52 62

Accessibilité

5 minutes à pied du métro
Ligne B : arrêt Barrière de Paris
Garage à vélos à disposition

Mobilité réduite

Locaux en rez-de-chaussée adaptés PMR