la-depression-reactionnelle-serait-due-a-une-inflammation-du-cerveau-par-patrick-lambert

La dépression réactionnelle serait due à une inflammation du cerveau ? par Patrick Lambert

 

Qu’est-ce que la dépression réactionnelle ?

La dépression réactionnelle est une forme de dépression qui survient en réponse à un événement stressant ou traumatisant, tel que la perte d’un être cher ou une rupture amoureuse. Elle se caractérise par une tristesse profonde, une perte d’intérêt pour les activités qui étaient autrefois plaisantes, des troubles du sommeil et de l’appétit, et des pensées négatives récurrentes.

L’explication de la dépression réactionnelle au stress aurait-elle été découverte ?

Lorsque des souris de laboratoire sont soumises à des conditions stressantes, la microglie (petites cellules du cerveau différentes des neurones) produit des protéines qui induisent une activité neurotoxique, activité qui se traduit cliniquement par un changement de comportement. Ces protéines sont appelées « inflammasomes ». Ce sont elles qui sont impliquées dans l’immunité non spécifique. Elles sont responsables par exemple de l’athérosclérose en présence de trop de cholestérol, de la goutte en présence de trop d’acide urique, de la démence en présence d’aluminium, de la silicose en présence de silice, et de l’asbestose en présence d’amiante.

Ce changement de comportement chez la souris soumise à un stress chronique ressemble à la dépression, avec tendance à l’immobilité, et réduction de l’intérêt pour les récompenses. Ces inflammasomes de stress ne sont produites que dans la microglie. Or la microglie est l’organe de l’immunité du cerveau. Ces inflammasomes provoquent la mort des neurones environnants, phénomène lié à la maladie d’Alzheimer et de la forme grave de la covid 19 (Gang Hu de l’université de médecine chinoise de Nanjing).

Ces inflammasomes ont pu être localisés à l’imagerie médicale au niveau de l’hippocampe, siège de la mémoire. Un médicament est à l’étude pour bloquer cette inflammation, en agissant spécifiquement sur la microglie, avec, chez la souris, une atténuation de la neuro-inflammation, et une diminution significative du comportement dépressif.

Il reste à mener ces études chez les humains pour savoir s’il s’agit chez nous aussi d’une perturbation du système immunitaire du cerveau, sous la forme d’une inflammation non spécifique, de mécanisme inné. Cela permettrait en outre de proposer un nouvel antidépresseur, sous la forme d’un anti-inflammatoire.

Patrick Lambert

Psychiatre, praticien hospitalier au CHU de Nantes, diplômé en médecine légale, responsable du Centre d’Activité Thérapeutique à Temps Partiel du secteur 1 de l’agglomération nantaise, psychothérapeute fondateur de la psychagogie scotocentrée, auteur de “L’analyse psychagogique des rêves”, éditions Fabert.

Directeur et formateur E3PI en Psychopathologie et Analyse psychagogique des rêves.

La vie de l’école

Initiation à l’approche systémique, avec Michaël Félus

Formation

Initiation à l’approche systémique, avec Michaël Félus

Lire l'article
Initiation à la psychanalyse adlérienne, avec Didier Manez

Formation

Initiation à la psychanalyse adlérienne, avec Didier Manez

Lire l'article
Psychologie complexe selon Jung, avec Patrick Lambert

Formation

Psychologie complexe selon Jung, avec Patrick Lambert

Lire l'article

Localisation

E3PI, 32 rue Emile Barrière, 31200 Toulouse
- Contactez-nous par email : CLIQUEZ ICI
- Par téléphone : 05 61 12 52 62

Accessibilité

5 minutes à pied du métro
Ligne B : arrêt Barrière de Paris
Garage à vélos à disposition

Mobilité réduite

Locaux en rez-de-chaussée adaptés PMR